Tour du monde – Argentine

Nous sommes parti pour six mois d’une aventure qui va nous marquer pour le reste de notre vie.
Nous avons navigué entre le Chili et l’Argentine, d’abord par le Nord – à partir de Atacama – puis tout au Sud à Ushuaia avant de revenir pour Noël et Jour de l’an à Quintero

Nouveau site 2020 – Le récit et informations sont celles écrites lors du TDM 2010 – avec nos sensations du moment….

L’Argentine si c’était ….

Une boisson : le vin rouge … délicieux
Un adjectif : beau ou belle comme les femmes et jeunes hommes.
Une couleur : L’ocre des terre du nord.
Un objet : la tasse pour le maté coca

Présentation

Superficie : 2 766 890 km², soit plus de 5 fois la France.
Population : 41 millions d’habitants.
Densité : 14,8 hab /km² (huit fois moins qu’en France).
Capitale : Buenos Aires, dite Capital Federal.
Religion : catholique à plus de 92 %, 2 % de protestants, 2 % de juifs (3e plus importante communauté au monde).
Langue officielle : espagnol (castellano), parlé par 100 % de la population (quelques langues indigènes de moins en moins usitées : le quechua dans le Nord-Ouest et le guaraní dans le Nord-Est).
Monnaie : peso argentin.
Régime : démocratie présidentielle, , État fédéral.

Itinéraire

voir le lieu en cliquant sur le lien

Salta RiojaMendoza → (via Chili Patagonie) – Ushuaia

Salta

Nous avons pris le bus pour 12 heures à partir de San Pedro pour nous rendre à Salta, capitale du Nord de l’Argentine.
Nous passons la frontière à plus de 4000 mètres avec point culminant à 5000mètres plus haut que le Mont Blanc…
Nous arrivons à Salta, une ville qui grouille le soir, du bruit , des odeurs, une grande place, nous retrouvons l’Amérique latine.!!!
Salta est une ville agréable et nous la découvrons à travers les rues, en prenant un funiculaire pour une vue de haut.
Nous préparons notre tour du sud de Salta, en louant une voiture, pour la vallée de Calchaquies et le la Quebrada de Cafayate.

La route de la vallée est superbe, une piste qui monte jusqu’à 4000 mètres dans une succession de couleurs rouge, verte, grise.
La route redescend vers Cachi charmant petit village tout blanc où l’on s’attend à tout moment à voir sortir Zorro et le sergent Garcia !!
Avant d’arriver, une halte pour nous restaurer dans un endroit improbable, mais d’une propreté et surtout… hum délicieux…
Nous passons la fin d’am dans la piscine et quelques exercices avant de s’attabler pour une dégustation de vin et de mets locaux.


Les 5 heures de route du lendemain nous conduisent jusqu’à Cafayate au travers de gorges et de paysages presques lunaires. Il fait très très chaud 30 / 35° et nous sommes poussiéreux en arrivant. Nous aimons beaucoup Cafayate , toujours la place centrale et maisons blanches. Petit restau tranquille et nuit longue.
Nous remontons sur Salta en passant par la Quebrada de Cafayate, encore une fois des paysages superbes, des couleurs rouges et vertes encore une fois.
Le retour se termine sous la pluie et Salta est déserte le Dimanche soir.
Une bonne nuit – les petits – et nous passons notre Lundi après midi au cinéma pour voir le dernier Harry Potter et enfin nous allons prendre notre bus de nuit pour la Rioja – 10 heures –

La Rioja et les parcs de Talampaya et Ishigalasto

Nous arrivons très tôt à La Rioja et prenons notre petit dej sur la place centrale – elle s’avérera la plus intéressante – au soleil à pleine chaleur. Le matin est réservé à la location de voiture pour les journées suivantes. Nous partons pour  2 jours faire le tour des parc de Talampaya et Ishigalasto, nous  passons d’abord par Chilecito et retraversons pour Villa Union à travers une piste rouge à flanc de montagne. Il fait encore plus chaud qu’à la Rioja – 35 à 39° et nous sommes bien contents de trouver une piscine avant d’aller manger et de discuter pierres et minéraux avec un petit vieux… délicieux. Les deux parcs sont éloignés de tout ,mais ils sont bien organisés. Talampaya est une succession de gorges et de cavités creusées par l’érosion. Des couleurs rouges et des traces très distinctes sur les pierres permettent d’affirmer qu’il y a eu des personnes qui ont vécu là il y a très longtemps. nous croisons des lapins énormes, émeux et vicuña.

Ishigulasto – ou Vallée de la Lune – est l’un des rares endroits où l’on peut voir 3 couches géologiques différentes côte à côte. Ces couches étaient d’abord verticales mais la formation des Andes les ont mises à plat.  Le parc est appelé Vallée de la Luna et ce n’est pas par hasard. Nous circulons avec notre voiture  mais en convoi au travers de ces paysages. Superbe.
Le retour sur La Rioja est plutôt ennuyeux,nous roulons sur des lignes droites interminables – 37 Km pour l’une d’entre elles… Australie est battue…..

Mendoza

Nous descendons sur Mendoza avec un bus rempli de familles Boliviennes qui viennent chercher du travail à Mendoza. Nous sommes supris par le calme des enfants pendant ce long voyage.
Nous passons 2 jours bien tranquilles à Mendoza une ville assez grande, mais agréable, température idéale
Les gens ici mangent tard et sont dehors. Nous prenons notre temps au restaurant le soir autour de bon petits plats et du bon vin.
Dimanche nous allons au stade voir le match entre Mendoza et Le Vellez de Buenos Aires. L’ambiance est chaude et les supporters aux anges car Mendoza est qualifiée pour la Copa Libertadores – comme la Ligue des Champions. Même mené 4-0 , les supporters chantent et chantent encore. Sinon, le match avait peu d’intérêt.

Nous quittons Mendoza et repartons vers le Chili – direction Santiago puis Chiloe. La route traverse la cordillère, via La Concagua… Superbe.

Ushuaia

Ushuaia, la ville la plus australe du monde… nous y sommes. C’est le côté magique de ce bout du monde qui nous séduit. « détroit de Magellan » mots magiques. Poussés par un vent infernal, ses fragiles voiliers empreintèrent le détroit qui porte son nomet parvinrent en 10 jours à l’océan qui fut baptisé , par contraste « pacifique ». A chaque fois que les navigateurs tentèrent una approche ils furent déconcertés que ce soit par les cadavres d’Indens ou par le froid glacial et le vent violent.
La ville est finalement plus accueillante que ce que nous attendions. Nous sommes hébergés par une famille italo-argentine et Frances qui parle bien le français, un peu à l’écart du centre dans un chalet bien agréable.
La rue principale n’est qu’un ensemble de restaurants et agences en tout genre, souvenirs, voyages…
La « fin del mundo » est bien vendu et nous verrons par la suite que la ville est très touristique avec les dérives que cela provoque.

Le matin, le temps est au gris, Frances nous conseille de louer une voiture pour aller voir l’estancia Harberton et le parc national, elle nous conseille aussi pour une matinée à cheval.
Il fait gris et pluvieux, nous décidons de ne pas faire le tour en bateau trop long et nous avons déjà vu des pingouins et lions de mer. Nous visitons les différents musées qui sont très intéressants.
Nous récoltons plein d’informations sur les pionniers, la construction d’Ushuaia et les différentes expéditions, le pourquoi de certains noms de lieux (Cap Horn qui vient de la ville de Hoorn aux Pays Bas, nom donné par les navigateurs Shuiten et Lemaire qui feront le tour de Tierra del Fuego)
Tierra del Fuego vient du fait que Magellan ne voyant que les feux produits par les tribus locales à donné ce nom à cette région.
Nous avions acheté à Santiago quelques livres dont un livre posthume de Jules Vernes qui parle du phare du bout du monde, installé sur l’Ile des Etats… étonnant de le lire en étant sur place.
Les musée regorge d’histoire de navigateurs, de naufrages etc…

Nous visiterons le lendemain l’Estancia Harberton bâtie par l’un des premiers Européen, Jeff Bridges, qui prendra le temps de faire un dictionnaire du langage des tribus locales.
Nous apprenons et visitons également l’ancien bagne de Ushuaia.
L’Argentine, pour ne pas être en reste avec Cayenne et les bagnes australiens, a bâti un bagne d’abord sur l’Ile des Etats mais pour « des raisons humanitaires » ils l’ont déplacé à Ushuaia.
Ce sont des prisonniers de droits communs – multi-récidivistes et très dangereux, mais aussi des prisonniers politiques qui sont enfermés et « utilisés » pour bâtir maisons, chemin de fer et leurs propres vêtements.
Le bagne s’est arrêté en 1947…. une seule personne avait réussi à s’évader avec des aides extérieures, les autres tentatives se sont soldées par des retours… car les personnes ne savaient pas où aller.
La bagne abrite désormais différents musées mais une partie reste « en l’état ».

L’Estancia Harberton est elle aussi intéressante, perdue au bout d’une piste, c’est la première estancia batie à Ushuaia. Jeff Bridges ne voulant plus être pasteur, est allé demander au président argentin de la terre à Ushuaia, ce  qui lui est accordé. Il a donc bâti sur un immense domaine cette première estancia. Celle-ci ne vit plus du bétail qui a péri après un hiver particulièrement rigoureux mais principalement du tourisme.
L’endroit est très agréable et nous découvrons dans les jardins botaniques, les différentes espèces d’arbres endémiques.
Nous croisons encore quelques animaux et également un port perdu au milieu de nul part: Puerto Almanza. voir les photos.
Yves et Estelle partent faire une matinée à cheval. Nous discutons avec la guide à propos du tourisme et  qui nous explique que Ushuaia devient trop touristique. La vie est plus chère qu’ailleurs et les constructions se succèdent sans que les habitants en aient besoin (casinos, hôtels).
L’Antarctique fait également l’objet de développements touristiques et nous sommes choqués que cela soit autorisé. Elle nous explique, ce que nous savions malheureusement, que dès qu’il y a de l’argent cela n’arrête personne. Nous pensons que c’est à l’état argentin d’interdire cette exploitation.
Nous avions eu le même sentiment à Uluru alors que de nombreux panneaux expliquaient qu’il ne faut pas grimper, que le lieux est sacré, que c’est dangereux etc… mais les gens montent quand même. Autant interdire complètement.
La ballade à cheval est très agréable et sportive, nous passons par des chemins tortueux en pleine forêts, en montagne, nous avons de tout, la pluie, le vent et de la neige.
La végétation et l’environnement de Ushuaia est bien différent du reste de la Patagonie. Forêts et une baie bien belle vue de haut.

Le 23 décembre, nous faisons un barbecue (avec le froid quand même). De retour au Chili pour Punta Arenas, nous croisons quelques dauphins !!
Un sentiment partagé sur Ushuaia, le coté touristique nous a un peu dérangé. Malgré tout, cela nous a fait une drôle de sensation d’être venu jusqu’ici, nous voyons que nous sommes déjà allés assez au sud, Invercargill en Nouvelle Zélande, Punta Arenas.

Laisser un commentaire

error: Content is protected !!