Back in New York City

Cela faisait presque 40 ans que nous rêvions de revenir à New York, maintes fois évoqué, maintes fois repoussé, toujours une autre destination à découvrir. Donc, 2019, ce sera l’année pour ce voyage.
En préparant nous avons l’impression que tout nous est connu, les lieux, les rues, les musées, les ambiances. L’on se rend compte que finalement, nous n’avons pas vu grand-chose à l’époque (21 ans ….).
Sortant de notre adolescence, c’était pour nous deux notre premier Grand voyage et tout nous semblait excitant. Depuis, bien des kms sont passés et notre boite à souvenirs est remplie de lieux magiques et tout aussi exceptionnels.
A nous la découverte, et de plus en inaugurant le Tagazou, le scooter électrique pour la mobilité réduite – PMR de Rosanne . Allons voir comment faire rentrer la Grosse Pomme dans la besace.

Transports
Aucun problème dans les bus, Attention, toutes les stations de métro ne sont pas équipées 80%
Sites touristiques - musées
Tout est bien prévu, coupe file si besoin 100%
Restaurants - Bars
Certains bâtiments anciens sont compliqués, mais généralement l'accès est prévu 80%
Rues
Les trotoirs sont larges, attention à certaines hauteurs lors de traversée de route 90%

Préparation

Nous avons pris l’option d’acheter un pass – Go New York Discoverer, qui permet de choisir les attractions que l’on veut.
De la même manière, nous avons pris en arrivant une Métrocard qui permet de prendre bus et métro en illimité pour 7 jours… Très pratique.
Pour les accès internet, nous avions le wifi presque de partout, pour les plans nous avions télécharger des plans utilisables hors ligne.
Pour l’hôtel, réservation très à l’avance via booking.com, mais très cher (sur Manhatan), mais nous avons privilégié les aspects accessibilité.

Contact avec Saphir – le service dédié P M R de Airfrance pour faire valider la prise en charge du Tagazou.

Itinéraire

voir le lieu en cliquant sur le lien

Nos surprises ou étonnements

Le bruit

Présent de partout, les rues, les chantiers, dans les bars (les gens parlent très fort + télés + musique)

Le côté peu « original » des New Yorkais

Vêtements standard mode, pas ou peu de fantaisie – bien moins qu’à Londres. Rosanne et ses mèches bleues a été interpellé avec le sourire et les compliments plusieurs fois par jour.

Les joints

Des fumeurs de partout, régulièrement une odeur tenace ...

Les poubelles

Les monceaux de sac poubelles dans les rues – impensable en France. Mais au final peu de saleté (au regard de la taille de la ville), pas de crottes de chien (au vu des amendes !!).New York 1

Accès PMR

Une facilité de circulation avec le Tagazou et d’une manière générale pour les PMR – bus, musée, magasins, restaurant, dans les rues (bon certainement pas aussi bien avec un fauteuil roulant, les trottoirs sont parfois un peu haut.

Sécurité

Le sentiment global de sécurité (ce qui n’était pas le cas quand nous étions venu la 1ère fois).

Une ville en mouvement

Un mouvement permanent !! Toutes heures du jour ou de la nuit. Seul les dimanches semblent plus calme

arrivée

Le voyage aller (avec Air France) nous a paru long, bizarrement, mais c’est en milieu d’après-midi que nous atterrissons. Après un coup de chaud à la réception du Tagazou (la roue avant avait été déboitée…, malgré le fait qu’il ait été mis en dernière minute en soute…) et nous voilà parti à l’assaut de la douane et de la lente réception des bagages.
Aucun problème ni pour l’un ni pour l’autre, nous pouvons aller prendre le métro. C’est plutôt facile, surtout quand on prépare un peu le trajet, (un mini train parcours les différents terminaux puis se dirige vers un point central d’accès au métro, là il faut se munir d’une metrocard (obligatoire) et enfin prendre le métro) mais entre les différents changements, nous arrivons à presque 20h à l’hôtel en plein Chinatown.

Pas trop envie de faire du tourisme, repas asiatique à deux pas de l’hôtel, plutôt bon, mais sans trop de sourire. Nous découvrons un quartier plutôt calme – à cette heure là – et sans trop traîner allons vite nous mettre au lit, les prochaines journées seront chargées.

Chinatown, Little Italy, Soho, Nolita, Lower East Side

Nous avons décidé de nous acclimater et de prendre notre temps ce premier jour pour déambuler dans les quartiers autour de nous, à savoir Chinatown, Little Italy, Nolita, Soho et Lower East Side.
Beau programme avec une pause repos à l’hôtel.Nous allons passer en quelques heures d’un monde à l’autre. Le matin, après un copieux petit déjeuner (idem chaque matin !), le quartier de Chinatown est relativement calme (9h du matin).
Nous nous retrouvons plongés dans la Chine que nous avions visitée (et autres endroits d’Asie). Pratiquement tout le monde parle « asiatique » (probablement chinois), fruits, légumes, et marchés s’étalent jusqu’à même le sol. Le quartier se réveillant voit grossir le flot de personnes, de voitures et de camions qui se frayent un chemin dans les rues pourtant étroites dans ce quartier. Tout est écrit en chinois. Bref, premier voyage.

Nous traversons toutes sortes de rue dont l’impasse Cortlandt Alley (une minuscule impasse glauque où de nombreuses scènes de films de gangsters ont été tournées pour son coté « dangereux »…).
Puis nous remontons sur Nolita via la rue principale de Little Italy – qui est vraiment Little. Nolita, ambiance plus bourge, magasins de mode bien branchés et chers (mais qu’est-ce qui n’est pas cher à NYC), petits restaurants et bars, ambiance tranquille de fin de matinée. Remontée sur Hudson Street jusqu’à Broadway et une série de magasins, pas trop originaux. Ce sont les mêmes que l’on trouve de partout – H&M, Nike, Lewis…. Quelques boutiques inconnues par chez nous, mais de fait pas trop la tête au shopping, par contre nombreux beaux bâtiments.
La déambulation nous ramène jusqu’à Chinatown, arrêt / pause dans le parc Columbus, comme dans le centre de Beijing, des tables pour jeux de cartes, musique chinoise et repas en plein air, match de foot sur le terrain attenant.

Puis retour pour un vrai repos à l’hôtel tout proche.
Fin d’après-midi, nous partons pour Lower East Side, encore le quartier tout proche de nous. Nous traversons le parc Sarah D. Roosevelt, nous nous arrêtons longuement le long d’un parc de sport, où se mêlent joueurs de foot, et du squash à main nue en équipe. Très surprenant.Nous déambulons dans Lower East Side, là encore une ambiance calme, restau bars branchés, habitations plutôt agréables. Nous prenons notre repas – après la bière ! – dans un restau de type Autrichien,le café Katja.
Repas pris, nous cherchons un des endroits indiqués pour écouter de la musique le Rockwood Music hall, là le colosse à l’entrée nous explique qu’il y a des marches pour 2 des salles, par contre la 1ère, toute petite est accessible et gratuite… enfin faut consommer quand même !!
Toute petite scène, ambiance de proximité et chanteuse plutôt agréable. Le 2ème artiste nous convainc beaucoup moins… Retour hôtel pour repos et nuit.

Harlem et central park

Ce matin direction Harlem, à l’autre bout de Manhatan, nous prenons le bus, pour ¾ d’heure de route.
Le dimanche NYC est globalement calme, le bus fonce littéralement dans les rues que l’on qualifiera de désertes, au regard de ce que l’on verra les autres jours.
Arrivés sur Harlem, nous nous dirigeons vers l’église Bethel Gospel Assembly  pour participer à une messe gospel.
Là, la file de tourisme nous dissuade, nous contournons ladite file et en passant devant l’entrée, le service d’ordre nous demande si l’on veut rentrer… du coup en passant devant tout le monde, finalement nous rentrons.
La messe a déjà dû commencer, chants et musique nous accueille. Puis des prises de paroles, le prêcheur incitant les participants à saluer les « touristes » bien parqués derrière.

Les prises de paroles sont pour certaines ponctuées par des Alléluia, des Oh des AH, le public étant très participatif. Elles sont entrecoupées par des chants, la chorale, l’orchestre étant plutôt entraînant.
L’expérience est plutôt particulière en fait. L’accueil est plutôt chaleureux, mais le fait d’être mis à l’écart atténue fortement l’appropriation de la spiritualité qui peut se dégager. De plus, comme les touristes, pour une grande partie, ne restent pas après le premier chant et/ ou photos qu’ils ont pu prendre cela enlève de l’émotion et on ne peut pas s’enlever l’idée d’être dans un spectacle. Nous avions – après diverses recherches – ciblée une église qui semblait moins « touriste » compatible !!!
Donc difficile de dire si en se faufilant dans d’autres endroits, à d’autres moments, nous pourrions trouver des moments où l’authenticité – non feinte dans notre cas – des participants nous touche plus profondément.
Mais comme c’est quelque chose « à faire » à NYC, on ne peut les blâmer d’exploiter ce filon.Après ce moment de nourriture spirituelle, passons aux nourritures terrestres. Mais d’abord, déambulations dans les rues de Harlem, d’abord à la recherche d’un mural qui nous mène dans des rues bien délabrées, glauques. Sans avoir vu ledit mural, nous revenons vers le cœur de Harlem.
Rues et maisons bien agréables, anciens bâtiments et brownstone house.

Nos pas nous mènent (comme c’est bien fait la vie) chez Jacob, la cantine où se retrouvent des locaux et des touristes.
Choisir ce que l’on va manger, puis prix en fonction du poids. Et ce dimanche, un groupe de vieux musiciens très inspirés, enchainent des tubes de rocks. Ambiance festive et bien agréable.

Rassasiés, nous tournons encore dans Harlem, de belles demeures, des églises, de la ferveur dans les bars devant le match de foot américain.

Nous redescendons vers upper west side et central park. Passage obligé devant le Dakota building, là où vivait et a été assassiné John Lennon. L’entrée de central park en face du bâtiment fait arriver sur le lieu de pèlerinage Imagine, un petit jardin en mémoire de John Lennon. La foule est trop nombreuse et la chasse au selfies dissuade de faire la moindre photo. Un chanteur essaie de chanter les hits des Beatles ou de Lennon, mais il n’est pas très bon. La place par contre doit être chère pour chanter à cet endroit là.
Ballade dans Central Park, vue sur les grattes ciels de Manhattan, le lac, les joggeurs, les vélos, le dépaysement est total, nous nous perdons dans certains sentiers, Rosanne et le tagazou passent de partout – hormis les escaliers !

Redescente vers l’entrée sud du parc, puis déambulation le long de la 5ème avenue, boutiques de luxe, également des marques de renommées internationales. Du monde de partout, les boutiques étant toutes ouvertes. Belles vitrines, beaucoup de lumières, mais nous verrons tout cela d’en haut un autre soir.

Arrivés jusqu’au Flatiron Building – et sa forme si particulière –
nous reprenons le bus, direction vers chez nous. Repas dans le quartier retour à l’hôtel.

 Brooklyn

Aujourd’hui direction Brooklyn. Comme nous sommes plutôt dans le sud de Manhattan, nous rejoignons le City Hall par bus. Nous voilà plongés dans les buildings de Wall Street – quartier que nous visiterons Jeudi – mais d’ores et déjà impressionnants.
Nous suivons la foule qui comme nous traverse le Brooklyn Bridge, avec sa partie piétons et en dessous les voitures. La vue est époustouflante au fur et à mesure que nous avançons – vue sur le sud de Manhattan, les grattes ciels, la fameuse Skyline. L’ensemble ensoleillée et superbe. Selfie de base (un des rares que nous avons fait à NYC …), plusieurs arrêts le long de la traversée. Arrivés au bout du pont, nous sommes obligés de parcourir un chemin qui nous écarte du quartier initialement prévu. Nous choisissons d’aller au New York Transit Muséum, mais pas le bon bus, perte de temps dans les rues, agacements et finalement, musée fermé le lundi….
Nous rejoignons, par des petites rues charmantes, à l’atmosphère presque provinciale, la Brooklyn Heights Promenade, superbe parc s’étendant le long de l’East River avec vue sur la Skyline de Manhattan et au loin la statue de la liberté. Nous déambulons dans Brooklyn Heights, belles demeures, peu de trafic, rues arborées. Nous nous installons dans un restaurant en terrasse, dans une rue plus animée que les autres.

L’après-midi, après s’être encore aventurés dans ce quartier, nous atteignons le quartier de Dumbo. Nous traversons un parc où viennent s’ébattre une kyrielle de chiens. Nous avons déjà croisé des « Dogs walkers » dans la matinée, nous apprendrons qu’ils sont payés (pour certains) jusqu’à 20$ par heure et par chien… donc quand on en promène 5 ou 6…Drôle de monde ou les riches se payent des personnes pour sortir le chien. Les chiens en question sont nickels et « bien élevés » -pas d’aboiement intempestifs, pas de pipi n’importe où. Bref, le parc héberge un nombre important de chien qui s’éclatent à se courir après.
Dumbo est un ensemble d’anciens entrepôts réhabilités bordés là aussi d’une belle promenade passant sous Manhattan Bridge. Le bruit est assourdissant, car sur ce pont passe, en plus des voitures, le métro. Et ce, presque toutes les 2mn….
Le quartier est moins intéressant que Brooklyn Heights, nous repassons de ce coté là pour boire notre bière quotidienne et attendre la tombée de la nuit.
Nous retraversons le Brooklyn Bridge avec le couché de soleil – tant attendu par Yves, qui comme d’habitude avec sa grande patience reste d’un calme olympien !
Malgré tout un peu déçus, nous repartons manger dans Upper West Side, restaurant japonais. Décidément, l’Asie nous poursuit.
Nous avons beaucoup aimé Brooklyn, nous comprendrons en échangeant avec deux New Yorkaise (un peu friquées..) que le prix des loyers explosant sur Manhattan (Greenwich Village quand même), les couples avec enfants se replient sur Brooklyn pour avoir une chance de loger dans un appartement un peu plus large.
Cela donne une vie de quartier bien agréable, aérée et calme, en tout cas pour les Heights.

Guggenheim – midtown – top of the rock

Nous réaménageons notre planning au gré de ce que nous avons déjà visité et ce que nous souhaitons encore voir. Malheureusement, le MOMA est fermé, ce qui élimine un musée (et pas des moindres), nous décidons que ce matin ce sera Guggenheim (nous avons coché le MET (évidemment)le Withney, le musée de Féderal Bank mais ce sera pour plus tard).
Donc, ce matin métro pour remonter jusqu’à Central park . Nous voyons en passant que les rues de Little Italy s’habillent et sont décorées pour la fête de San Gennaro qui se tiendra à partir du Jeudi et pour 2 semaines.
Le musée est très intéressant, avec son architecture si originale (les galeries se déroulent le long d’un couloir tournant en permanence. Couloir qui soit se monte, soit se descend). Nous passons bien deux heures au milieu des œuvres principalement américaines.

Nous descendons sur Midtown, au programme, le Chrysler Building, cathédrale St Patrick, Top Of the Rock (Rockfeller Center) et un tour vers Time Square.

Nous voilà au milieu des buildings, encore et encore, à se tordre le cou pour apprécier l’architecture audacieuses de ces grattes ciel.
Nous constatons depuis le début, que NYC est un immense chantier, des grues de partout, des constructions en cour à tout coin de rue. Comme tout semble déjà bien chargé, nous nous demandons comment ils font pour construire encore. Nos deux dames rencontrées le dernier jour, nous explique que même pour elle, la ville bouge sans arrêt, les quartiers se transforment en permanence. D’où cette impression de chantier permanent.
Après déambulation, nous entrons dans la gare centrale. Superbe et immense hall épuré, plafond immense, guichet d’époque, curieusement peu de bruit, des gens qui se croisent en marchant vite (comme dans les rues…les new yorkais marchent très vite). Cette gare est très impressionnante.

Nous faisons le tour du quartier pour se décrocher le cou au pied du Chrysler Building, et admirer le hall tout en marbre et les portes d’ascenseurs dorées.

Nous nous dirigeons vers le Rockefeller Center pour monter au top of the rock, un des lieux élevés pour une vue globale sur NYC. Avant de monter, nous faisons le tour de la cathédrale St Patrick, épurée et grande cathédrale.

Le top of the rock, est un observatoire qui se trouve au sommet du Comcast Building dans l’ensemble du Rockfeller Center. C’est le premier à avoir été construit dans ce complexe. Dès l’entrée dans le hall on se dirige vers les ascenseurs, des photos des héroïques pionniers qui ont bâti l’immeuble nous accueillent. Une photo -presqu’obligatoire et « achetable ! » – permet d’immortaliser le moment comme si nous étions assis sur une poutre à des centaines de mètres de haut. Bref, c’est touristique, mais une fois là haut, la vue est superbe et époustouflante. Vision à 360° de Manhattan, et de tout autour – Queens, Brooklyn, New Jersey sur l’autre rive de l’Hudson. Bref, impossible de ne pas faire LE selfie (l’un des rares comme sur le Brooklyn Bridge). Nous pouvons encore monter  2 étages et être encore plus haut.

Nous en avons pris plein les mirettes.

Les yeux encore brillants, nous nous dirigeons vers Time Square, le lieux de toutes les démesures en terme de néons, lumières, publicités toutes plus grandes les unes que les autres. Curieusement, l’effet est moins prégnant que notre première venue, le fait d’avoir vue encore plus extravagant à Tokyo atténue l’impression de gigantisme… nous devenons difficiles, espérons pas blasés.

Retour sur Greenwich, nous arrivons dans un quartier aux antipodes de Time Square, rues et maisons charmantes. Direction le Red Lion, pub conseillé sur internet pour de la musique live. En effet, un chanteur « chauffeur » de salle, est bien en train de chanter. Ambiance fin de journée, des gens venus boire une bière, d’autres manger. Cela tombe bien, pour nous ce sera les deux. La bière rousse est excellente – surtout en happy hours – et mardi oblige, c’est 10cts une aile de poulet barbecue, soit 1$ les 10… de quoi bien démarrer la soirée.
Soirée qui va devenir très sympa, dès la mise en place du 2ème groupe – vers 10h quand même – ensemble funky, rock et une ambiance qui s’est réchauffée de quelques degrés. Une des personnes qui danse veut absolument faire danser Rosanne. Elle comprend qu’elle ne peut se lever pour se trémousser, elle prend d’autorité la chaise et nous encadre pour une danse « en chaise » devant tout le monde !!! Une belle soirée, belle ambiance, bon repas et bonne bière… que demander de plus. Retour à pied à l’hôtel, par les rues de Greenwich, Soho et Little Italy.

East side – soiree apollo (harlem)

Nous avons déjà réservé pour le soir à l’Appolo Théâtre à Harlem pour une soirée que nous raconterons plus bas.
D’ici là, visite de East Village et une partie de Greenwich. Encore une fois, des quartiers charmants, loin de l’agitation de Midtown et des grattes ciel. Ancien quartier des premiers arrivants à NY, East Village recèle de belles maisons bien agréables. Nous en faisons assez vite le tour, partons vers le Washington Square, juste au passage de la sortie de la NY University – prestigieuse et immense université de la ville – Nous prenons le temps de se poser et d’apprécier le lieu.
Nous remontons direction Harlem en milieu d’après midi, le temps de prendre le bus, nous faisons un rapide tour du côté de la Columbia University, également université très réputée et très chère…
Un très bel endroit, très cossu, avec parc et des bâtiments qui ne se visitent pas. Redescente sur Harlem pour nous rendre à l’Appolo Theatre, théâtre qui a vu défilé tout ce que la musique noire comporte de stars. Ce soir-là comme tout les mercredis, à lieu le Amateur Night, une sorte de télécrochet mais orchestré par des musiciens et un animateur de dingue. Bon là aussi très touristique, mais pas trop cher non plus (au rapport d’une soirée sur Broadway …). L’ambiance est super chaude, au public d’applaudir ou de huer la personne – amateur – qui vient faire son numéro (chant, danse, claquette…) – et cela fonctionne à fond. Show « à l’américaine » – très orchestré, mais très sympa.
Musique plein la tête, le niveau est très inégal, mais bon cela vaut pour l’ambiance.
Nous prenons notre repas -tardivement – autour de l’Appolo, car avec le temps de trajet, pas sûr de trouver un bon restau près de chez nous…

wall street – federal bank – statue de la liberte

Là encore, nous avons un rendez-vous précis pour une visite du musée de la Fédéral banck.
Comme cela se situe dans le quartier de Wall Street, autant aller visiter dans la matinée. Le temps est pour ce jour-là, bien grisâtre. Nous nous retrouvons là où nous étions quelques jours plus tôt, à savoir à côté du City Hall, mais là nous nous enfonçons au milieu des grattes ciels de Downtown. Et ils sont superbes, mélange de très anciens et de très nouveaux, mais qui donne une certaine harmonie à l’ensemble. Nous arrivons au One WTC – le nouveau complexe censé remplacé les 2 tours du World Trade Center.  Celles-ci sont immortalisées par 2 immenses piscines – fontaines, où les noms  des victimes sont gravés. Drôle de sentiment.
Ces nouvelles constructions sont très élégantes, une nouvelle gare, au design futuriste donne à l’ensemble une majesté.
Nous déambulons dans les rues autour de Wall Street temple de la finance mondiale. Là encore, mélange d’anciens bâtiments – église – et buildings plus récents s’enchaînent. Nos pas nous amènent au bord de l’East River, un voilier à quai donnent une illusion de fin de traversée.
Enfin, il est temps de rejoindre le musée de la Fédéral Bank. Ce musée, gratuit, n’est visitable que par 25 personnes par jour – et encore pas tous les jours. Il faut réserver en ligne 1 mois très exactement avant la date voulue, et il ne faut pas traîner. Autant dire, que le 13 Août, à 15h – 9h NYC – j’étais devant mon écran pour obtenir le sésame.
Nous rentrons donc dans le saint des saints de la finance, l’endroit où se fabrique le dollar (et où il se détruit…), là où se prennent les grandes décisions de la finance via les gouverneurs des Fédéral Bank nationalement réparties, celle qui joue le rôle de stabilisateur de la finance américaine – régulateur et là encore où est entreposé l’or de plus de 36 états et organisations de part le monde – environ ¼ des réserves d’or mondial. Le stock d’or Américain est principalement stocké à Fort Knox.
La visite explique ces différents éléments, mais le clou est la descente dans la salle des coffres au sous-sol – 15 mètres sous terre. Les portes sont énormes, et là derrière les barreaux une montagne de lingots qui brillent sous là lumière. C’est très impressionnant et l’on se sent bien petit face à cette énorme somme d’or.

La visite terminée, nous (re)descendons vers Battery park et l’embarcadère pour la statue de la Liberté et Ellis Island. Nous sommes assez surpris du peu de touristes car pas de file d’attente, cela était déjà le cas pour Top of the Rock, Guggenheim, ce le sera aussi pour Empire State. Tant mieux cela dit, le ferry est presque vide, c’est tout aussi bien. La pluie a commencé à tomber, comme des idiots nous n’avons pas pris de parapluie, pourtant cela était bien prévu.. tant pis pour nous.
Bon la statue, c’est bien et très symbolique, nous faisons finalement rapidement le tour et reprenons le ferry pour Ellis Island. Le musée créé sur le site même de là où débarquait les postulants à l’immigration. Le musée retrace assez bien par quoi devait passer les arrivants. Tri à l’arrivée, examens rapides ou approfondis – seul 2% était « refusé » – mais accueil chaleureux par la nourriture, le soin, les quelques dollars pour acheter un billet de train – assez peu restaient sur NY. Nombreux témoignages, reconstitutions. Bref, un beau musée qui raconte bien cette histoire si importante pour le melting pot américain.

Retour sur la terre ferme, sous la pluie fine, recherche d’un pub. Installés dans la douce chaleur dudit pub nous sommes stupéfaits par le vacarme des échanges de fin de journée. Absolument dingue, difficile de se parler sans crier. Nous constaterons cela aussi le lendemain dans un autre pub en fin de journée.
Nous avalons notre bière et repartons sous la pluie, prenons quelques photos de nuit de OneWTC et de la gare et attendons vainement notre bus de retour. Nous descendons près de Little Italy, où la fête démarrait ce jour là, nous ne trouvons un restau au calme qu’après quelques détours.
[foogallery id= »1645″]
En revenant par la rue principale qui abrite la fête de San Gennaro, nous déambulons devant des stands…. que de nourriture ! Donc la fête, nous n’en verrons que cette image (même les autres jours).
Constat, depuis deux jours et pendant toute la fête (2 semaines) la rue principale est bloquée, mais les rue alentour aussi, les bus sont détournés ou raccourcis, la police est là bien tranquille aux principaux croisements. Et cela n’a pas l’air de créer des scandales !!! Imaginez cela à Paris !

Chelsea – Whitney – High line – Empire State

Cette journée, comme les autres, s’annonce longue et enrichissante. Au menu, Chelsea, le Witney, la fameuse High Line – Hudson Yard  et pour terminer l’Empire State Building.
Nous démarrons par Union Square où se tient un marché bio – principalement – hyper branché tendance et plutôt cher.
La ballade dans Chelsea, nous porte notamment devant le Chelsea Hotel – fameux hôtel qui hébergea un nombre impressionnant de (futures) personnalités (Tennessee Williams,  Kerouac, Jane Fonda, Patty Smith….). Les personnes pouvaient résider le temps qu’ils voulaient, certains payaient le loyer par les œuvres qu’ils produisaient. Le beau bâtiment est aujourd’hui en rénovation, il est fort probable que les futures chambres ne seront pas aux prix bas du début du projet.
Nous nous dirigeons vers le Whitney Museum, superbe bâtiment intégré à un quartier plutôt industriel, entrepôts et rues pavées.
La collection habituelle du musée est remplacée à ce moment par une exposition de la biennale, et nous sommes assez déçus de ce que nous visitons. Finalement, nous faisons assez vite le tour. Nous prenons un repas via un street food (que l’on trouve de partout à NY) avant de nous lancer à l’assaut de la High Line qui démarre (ou se termine c’est selon) au pied du Whitney.
La High Line, relativement nouvelle dans le paysage urbain de NY, est une ancienne voie ferrée, qui via le soutien des habitants du quartier, a été réhabilitée en un superbe cheminement au-dessus des rues et au travers des buildings.
Aucune voiture, bien sûr, beaucoup de monde, évidemment, mais une balade délicieuse sur un peu plus de deux kilomètres, agrémentées d’œuvre d’art, de muraux, et surtout de nombreuses plantes et arbres qui apportent une fraîcheur bienvenue. Nous faisons un stop au Chelsea Market, là encore dans un ancien bâtiment industriel superbement restauré et terminons notre déambulation dans le nouveau temple des buildings de dingues, au Hudson Yard – notamment un centre commercial très très chicos !!! Mais encore une fois, un ensemble architecturalement cohérent.

Nous remontons les rues et stoppons à côté du Madisson Square Garden, dans un pub tout aussi bruyant que celui de la veille, mais avec la musique en plus…..
Nous attendons la tombée de la nuit pour nous diriger à l’Empire State Building.
Là encore, peu de monde pour faire la queue, tant mieux, cela reste très encombré sur les hauteurs !!
Et de nouveau, ces vues superbes sur Manhattan, toutes lumières brillantes, débauche d’illuminations et de gratte ciel allumés. Après les vues de jour, les vues de nuit sont également très impressionnantes. Le vent – et le froid – calme nos ardeurs, mais nous en prenons plein les yeux.

Après cette belle journée, nous prenons la direction du Hill Country Barbecue, bar et musique Country. Repas à faire via le choix avec le cuisinier, puis descente au sous sol pour la soirée musique, plutôt soul que country, mais un groupe excellent avec 3 choristes au top.
Cela nous permet de bien conclure la journée.

M.E.T

Finalement, nous décidons que cette journée sera consacrée au Met et plus si affinité. Nous garderons le dimanche pour .. ben on verra.

Et nous avons bien fait, nous arrivons en fin de matinée – autour de midi et nous en ressortons que vers 18H. Oui, 6 heures dans le musée et nous n’avons pas vu passer le temps.
Le MET (Metropolitan Museum of Art) est le plus grand musée de New York.
Et ce musée est exceptionnel, probablement le plus incroyable que nous avons eu le plaisir de visiter.
Nous n’avons certainement pas tout vu, mais, nous avons découvert une grande partie de la peinture américaine, peintres (impressionnistes notamment), mais aussi des vitraux de Tiffany absolument magnifiques, des reconstitutions de bâtiments, pièce à vivre des différentes époques.
Nous avons explorer des cultures du monde entier, un temple égyptien, des œuvres d’Océanie, d’Afrique, du Moyen Orient – culture islamique.
Nous avons admiré les œuvres des peintres européens, Monet, Manet, Degas, Pissaro et encore et encore.
Et avons terminé la visite par un moment sur le roof top avec vue sur Central Park et Manhattan.
Ce musée est une merveille, y compris dans l’agencement des pièces (immenses) et dans le plaisir de la déambulation.
Si l’on ne doit voir qu’un musée à NYC ce doit être celui-là. 
Nous avons terminé notre séjour par le top du top et nous sommes éblouis encore en parlant de ce moment.

Pour terminer notre dernière soirée, comme nous avions passé un excellent repas au Red Lion, nous décidons de retourner. Ambiance bien différente de mardi, bien plus de monde, un groupe de Rock qui déchire, les serveuses qui nous reconnaissent. Du son, du bon (reprise de plein de morceaux de rock), public massé devant la scène. Bref, une soirée à fond avant de préparer nos bagages pour le lendemain.
Une journée au MET inoubliable.

Greenwich

Nous ne partons que le soir – et obligés de prendre un taxi, les métros ne circulant pas via le Queens ce jour là !!, nous décidons d’aller errer du côté des petites rues de Greenwich tout en repassant par Broadway voir si nos envies de shopping seraient revenus. Et, en fait, non.
Du coup, direction Greenwich en se laissant aller aux surprises. Celles-ci nous mènent au bord de l’Hudson, où un parc urbain – encore un – a été aménagé le long de la rivière. Nombreux joggeurs, vélos, marcheurs en ce dimanche ensoleillé. Nous nous arrêtons devant quatre jeunes qui jouent au Spikeball – jeux de balle qui se joue à la main par équipe de 2 en remettant et faisant rebondir la balle sur une base ronde et élastique. .
Nous remontons jusqu’au Whitney et replongeons dans les petites rues de Greenwich décidément bien agréables. Nous visitons un magasin Ultra Chic mais superbe – avec un colosse qui nous indique qu’il va garder l’oeil sur le tagazou. Nous passons dans des rues bien calmes et arborées, un attroupement nous indique LE lieu à voir – que nous ignorons, il s’agit de l’immeuble où était tournée la série Friends… et finissons par nous assoir dans un bar en terrasse au milieu du quartier gay.

Nous échangeons avec deux personnes issues du quartier qui nous expliquent le pourquoi du comment tout est devenu plus cher, et qu’elles ont dû partir pour Brooklyn. Elles nous expliquent que la ville change à toute vitesse et qu’elles adorent venir se promener dans ce quartier. Comme on les comprend !!

L’après-midi s’étire, nous revenons vers Washington Square, un groupe joue du jazz en plein air. Un moment de repos avant de rejoindre l’hôtel.
De là, attente du taxi, puis les contrôles – et agacement avec la police qui ne sait pas comment plier le tagazou et qui refuse de l’aide.
Puis, sans trop de soucis, embarquement et un voyage retour de nuit et donc un bon gros sommeil jusqu’à Paris.
Le retour à la normalité et au calme strasbourgeois nous surprend un peu, mais nous fait du bien.
Il ne reste plus qu’à préparer le prochain voyage…. Qui sera?!?!

Laisser un commentaire

error: Content is protected !!